870x489_gettyimages-1158399043.jpg

Votre plus grand frein... c'est vous !

24 juin 2021

« Que celui qui souhaite changer un système sache que ceux qui bénéficient du système seront contre lui et que ceux qui bénéficieront du nouveau système ne l’aideront pas. »

- Machiavel

 

Notre cerveau interprète les informations qui arrivent comme bon lui semble, en effet, il a mis en place plusieurs raccourcis de pensée qui sont, la plupart du temps, spontanés et inconscients. Ces raccourcis peuvent alors engranger une mauvaise interprétation de notre part, sans que nous nous en rendions compte.

Pourtant, nous sommes sincères, nous avons le sentiment d’être objectifs, rationnels et de prendre la bonne décision. Cependant nos remarques, nos décisions sont biaisées. Plutôt intuitivement, nous n’avons pas appliqué de raisonnement critique et cela peut s’expliquer également par nos biais cognitifs ou heuristiques. 

Cette pensée nous permet de faire un minimum d’effort, nous utilisons notre cerveau en traitant les informations les plus importantes ou celles qui seront le plus rapidement disponibles en rapport avec l’énergie dépensée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ce fait, ces raccourcis peuvent impacter la conduite au changement. Le cerveau va :

  • Filtrer au maximum les informations.

  • Ne garder que le strict nécessaire.

  • Agir vite, aller directement aux conclusions.

  • Combler les « trous » avec ce qu’il pense connaître/savoir.

Nous allons voir les principaux biais cognitifs qui peuvent devenir de véritables freins au changement. Je vous propose ceux que je juge être les plus pertinents, cependant, il en existe des dizaines d’autres.

Ces biais cognitifs peuvent apparaître comme de véritables résistances au changement, et ce dernier va être la cause de plusieurs mécanismes cognitifs, dont nous allons en étudier les principaux moteurs :

  • Coûts irrécupérables : considérer que le temps, l’argent et/ou les efforts déjà investis ne seront pas récupérables. On va donc continuer dans cette voie, même si ce n’est pas bénéfique, car l’investissement passé est trop important pour ne pas le prendre en compte.

 

  • Biais de confirmation : privilégier et rechercher des informations qui confirment nos idées/pensées/hypothèses et accorder moins de valeurs à celles qui vont à l’encontre de ce qu’on pensait. Faire en sorte de tirer la réalité à soi.

 

  • Biais de représentativité : fonder son jugement sur un nombre limité d’éléments que l’on considère comme représentatifs d’une population.

 

  • Biais de négativité : prendre davantage en compte les informations négatives que les positives.

 

  • L’ancrage : difficulté de se défaire d’une première impression ou d’une première idée.

 

  • L’effet de Halo : perception d’une personne, d’un groupe ou d’une chose influencée par l’opinion que l’on a préalablement de notre environnement ou de l’une de ses caractéristiques.

 

  • Biais d’autocomplaisance : croire que nos réussites sont dues à nos propres capacités et que nos échecs résultent de causes externes.

 

  • Effet Pygmalion : provoque une amélioration des performances d’une personne en fonction du degré de croyance en sa réussite venant d’une autorité. Par exemple, si on nous répète sans cesse que nous ne sommes pas bons dans un domaine, nous allons finir par réaliser ce qu’il était prédit.

 

Ces réflexes inconscients nous empêchent de raisonner de façon rationnelle et optimale. Ils ne permettent pas une résolution de problématique éclairée et biaisent littéralement notre système de pensée. Ils ne nous permettent pas d’adopter des avis objectifs ou encore de faire les meilleurs choix. Ils sont des points d’appuis involontaires et œuvrent à l’installation des croyances.

 

L’outil qui pourrait être le plus efficace est le questionnement, ce modèle favorise un lien entre la sémantique et la perception de la réalité, de ce fait, vous pourrez prendre conscience de vos propos et de vos pensées, à les modérer et à prendre conscience de vos heuristique, voire à remettre en question vos croyances. Le but sera d’amorcer le changement de paradigme.

 

codex biais cognitifs.JPG